• Encore un qui nous devra une fière chandelle.

    Un peu comme ci cette bougie la ne devait pas s'éteindre maintenant.

    Un partout, la balle au centre. Tountoun 1 - le chat 1

    Une vie pour une vie. A ma manière, j'essaye de rembourser ma dette.

    Bienvenue Vanylle dans notre famille.


    votre commentaire

  • Il y a quelques années, on m'avait baptisé "La Chouette".

    Je passais des heures assis sur un rocher à dominer les vallées.

    Je passais mes nuits à lire, à réfléchir.

    J'ai un jour recueilli une buse heurtée par un véhicule. C'est peut etre à l'origine de ce surnom.

    La Chouette, ca sonne bien, ca m'allait bien.

    Et puis les années ont passées, très vite... trop vite...

    Les nombreuses sorties de routes nous amènent parfois dans des endroits ou des situations que l'on a pas toujours choisi...

    Je crois que c'est la qu'il faut dire : "c'est la vie" n'est ce pas ?

    Je n'en suis pas certain. Je n'en suis plus persuadé.

    J'ai de plus en plus besoin de m'isoler dès que les choses m'échappent... comme pour retrouver mes repères, mon équilibre.

    Cette vie est de moins en moins cohérente, c'est inquiétant, parfois assez déprimant meme quand on a en mémoire son caractère éphémère.

    Bonne semaine à tous.

    La Chouette.


    2 commentaires

  • Progeniture.

    Je revendique la petite et le grand. Sa "grande" copine est toujours bienvenue...

    Une belle journée pour se sentir bien.


    2 commentaires
  • Selon la légende, lorsqu'un enfant naît, il possède encore le savoir ultime de ses vies antérieures. C'est alors qu'un ange apparaît et lui enjoint de tenir ce savoir secret. L'ange pose son doigt sur la lèvre de l'enfant et à cet instant précis, le bébé oublie tout pour entrer dans la vie. Du geste de l'ange, il reste une trace : le petit creux qui dessine un fossé entre notre lèvre supérieure et la base de notre nez. Alors seulement, il peut pousser son premier cri. 

    le cinéaste Gilles de Maistre a souhaité nous faire ressentir de plein fouet la puissance de la naissance. Il explique : "Mon désir était double : communiquer au spectateur le déferlement d'émotions que déchaîne la naissance d'un être humain, et utiliser ce prisme-là pour raconter notre condition d'homme aujourd'hui."


    votre commentaire

  • Carotte ne quitte plus son épaule.
    A force de faire les lecons ensemble, je m'attend à ce qu'un de ces jours Carotte se mette à gringotter en anglais !

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique